Le livre d’Alexandre Gérard « Le patron qui ne voulait plus être chef »

Un des intérêts des missions de conseils c’est l’échange et la transmission qui vient du « client » vers le « consultant » est courante et enrichissante.

Par ce biais, Julien a mis dans mes mains un bouquin qui l’avait occupé durant ses dernières vacances et qui avait fait germer en lui bien des interrogations. Ce livre je l’ai lu ce week-end, tout d’abord par curiosité car la prose managériale me passionne, ensuite pour comprendre ce qu’il avait pu ressentir avant d’intervenir dans ses locaux, enfin par réel plaisir tant l’ouvrage est intéressant et agréable à lire.

Il s’agit du livre d’Alexandre Gérard  « Le patron qui ne voulait plus être chef » (Ed. Flammarion).

 

Je reviendrais certainement sur ce livre tant il génère chez moi des interrogations (il va être content l’auteur). En effet, au delà de faire écho à ce que je suis et au travail personnel que je mène actuellement sur moi, il m’interpelle sur la faisabilité d’une transposition du concept d’entreprise libérée, au cœur de cet ouvrage, au management de la chose publique communale.

Se libérer part souvent du haut et est un travail de longue haleine : quelle compatibilité avec le cycle électif à 6 ans et la nécessaire vision de l’entreprise libérée  ?

Un Maire qui ne veut plus être le « Patron » cela peut se traduire comment au quotidien et sur le long terme n’est ce pas le début d’une réflexion sur le mode d’élection et le rôle de l’équipe municipale à coté de l’administration communale ?

Avant de penser à se libérer, beaucoup de nos organisations ne devraient elles pas s’organiser d’avantage (notion de processus et de méthodologie partagée) et réfléchir à des valeurs communes écrites (mieux qu’un règlement intérieur !),  aux risques sinon, de générer plus de mal que de bien ?

Je vais donc continuer à réfléchir et me documenter mais je suis d’ores et déjà preneur de vos exemples et commentaires (sur le sujet la ville Belge de Pont à Celles, via son DGS Gilles Custers, semble réfléchir à une administration libérée).

Je vous invite bien sur à lire ce livre…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *