CONSEIL EN ORGANISATION

“Puis-je avoir la sérénité d’accepter les choses que je ne peux changer, le courage de changer les choses qui peuvent l’être et la sagesse d’en connaitre la différence.” (Marc Aurèle, Pensées pour moi même)

Voilà une belle citation et un magnifique auteur pour préciser ma vision du conseil.

En tant qu’observateur extérieur, nous n’avons pas l’histoire (ou pourrait même dire les Histoires) des relations au sein de la structure et nous observons les choses sans défiance dans le but de mieux comprendre les « différences » entre une situation qui semble poser problème et une autre que l’on veut atteindre.

L’idée, avant toute chose, est de positionner l’humain au cœur des débats (car si c’était un problème de machine on ne ferait pas appel à nous) et de se convaincre que le changement ne s’impose pas aux équipes mais doit être accepté par ceux qui vont être chargé… de la mise en œuvre du changement.

Plutôt que d’accompagnement au changement je préfère donc le terme d’adaptation à son environnement, qui tôt au tard sera encore amené à se modifier. Alors sauf à vouloir revenir travailler souvent pour le même problème dans une entreprise, il semble préférable d’accompagner les structures à l’agilité pour qu’elles trouvent, en autonomie, la capacité à affronter/digérer les épreuves.

Mes accompagnements de structures passent donc toujours par de vrais temps d’immersion dans les équipes, pour ressentir, comprendre et par la suite être en capacité de proposer un diagnostic situationnel qui a du sens.

D’un naturel curieux et scientifique, je fais facilement mienne cette citation de Boileau  « Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément » mais comme j’aime le terrain je vais aussi chercher à voir plutôt qu’à croire ce que l’on me dit !

Dans nos organisations une des grandes difficultés est d’accepter une certaine remise en cause de nos façons de faire. C’est là aussi une des missions du consultant, pas la plus agréable ni la plus facile, mais il faut parfois accepter de déstructurer pour reconstruire de la bonne manière.